Chronique from New York City : Beco Restaurant

Hey, j’espère que vous allez bien, personnellement ça va pas mal car je vous concocte quelques petites surprises pour la rentrée. Mais je vous en dis pas plus bande de petits coquinous, vous avez qu’à revenir voir le blog ( pouet ^^). Alors aujourd’hui on va sortir de Manhattan et aller s’encanailler dans Brooklyn, un des 5 buroughs de New York (burough en fait ça veux dire quartier bande d’incultes). Bref, le truc marrant avec Brooklyn, c’est la façon dont le quartier est passé d’une image craignos (durée de vie d’une personne de la gente féminine en pleine nuit il y a 15 ans estimé a à peu près 5 minutes) à un véritable Hipsterland en très peu de temps, si comme moi vous habitez à Paris, remémorez vous le 11ème arrondissement il y a 15 ans regardez le maintenant et rajoutez-y des lunettes carrées, des t-shirts de groupes moldaves que personnes ne connait, des moustaches et c’est bon vous pouvez visualiser la faune locale.

 

mister_fourchette_horizontal_03Graff que je trouvais cool dans la rue – Datation pré-hipsterienne

 

Williamsburg étant the place to be ou to live pour tout bon hipster qui se respecte c’est ici que la concentration de jeune gens à la mèche savamment étudiée est la plus importante. Bon sinon j’avoue que c’est un quartier plutôt sympa à vivre car beaucoup plus calme que Manhattan tout en étant assez près en prenant son vélo ou en traversant le Brooklyn bridge à pied. Véritable melting-pot de nationalités, c’est bien ici que l’on risque de tomber sur des petites gargotes qui payent pas de mines mais où la cuisine est authentique, sans chichi, en un mot vraie (mouarf je la trouve pas mal cette phrase j’en pleurerais presque).

 

mister_fourchette_horizontal_02Bon j’avoue là je vous vends pas du rêve avec cette photo là mais c’est ça aussi Brooklyn, des zones un peu abandonnés près d’une sorte de petit village.

mister_fourchette_horizontal_05Jeu : Un hipster s’est caché dans cette foule sauras-tu le retrouver ? Indice : il porte une moustache 

 

Beco Restaurant est typiquement ce genre d’établissement, quand Marina et Pierre m’ont parlé d’un restaurant brésilien, en toute sincérité j’étais moins enthousiaste que pour d’autres endroits, faut dire que la connaissance que j’avais de la cuisine brésilienne était proche du néant total. Du Brésil, en gros, je savais que c’était de l’autre coté de l’atlantique, que les filles la haut aimaient porter des strings et que valait mieux pas que je traine dans les favelas si j’y allais un jour. Du coup, après un pittoresque graffiti-trip en marchant dans Brooklyn (oui un conseil le métro le week end à New York ça craint du coup multipliez à la louche votre trajet par 2), j’arrive devant Beco Restaurant et retrouve mes amis (qui encore une fois ont été bien sympas de m’attendre), on rentre, l’endroit est plutôt petit et assez bruyant mais convivial, je me décide a prendre le spécial du jour.

 

Jusqu’à ce moment, je croyais que je n’aimais pas les épinards, mais ça c’était avant (copyright opticien), c’est frais, émincé finement, une petite sauce viens relever le goût de cette petite salade d’épinard qui accompagne mon plats principal, c’est à dire un Feijoada, assortiment de haricots noirs cuit, de ragoût de viande servis avec du riz blanc, des agrumes, de la Farofa (de la semoule de manioc) et de la sauce piquante, le tout accompagné d’une Capiroska très bien servis (pas fous ces brésiliens).

 

mister_fourchette_horizontal_01

 

 

C’est bon, c’est simple, la viande est cuite à merveille, jm’en lèche les babines rien que d’y repenser (imagine un miam slurpique et tu auras mon état là à cet instant), donc si toi lecteur(trice) tu passes par Brooklyn, n’hésites pas à t’y arrêter (ils acceptent même les gens sans tatouages avec des triangles) et à leur faire un beco en partant (je tiens à dire que j’assume à 200% cette blague foireuse)…

 

Beco Bar Restaurant

45 Richardson Street

Brooklyn NY 11211

 

 

mister_fourchette_horizontal_06

mister_fourchette_horizontal_04 Apprenez que le hispter ne se déplace qu’à vélo, ce qui a le mérite de lui donner un mollet tonique et galbé.