Chronique from New York City : Luke’s Lobster

Hey, j’ai eu la chance d’être envoyé par mon entreprise (vente-privee.com pour ne pas la citer où je suis graphiste voilà vous savez tout) en mission pour 3 mois à New York, du coup le blog va vivre à l’heure américaine pendant tout ce temps,

Ah New York, Big Apple, la ville qui ne dort jamais… Ce lieu que j’affectionne tant pour tout ce que ça peut représenter pour un ptit frenchy comme moi est vraiment magique. On passe son temps en l’air à s’émerveiller des buildings et le reste à marcher sans arrêt. Bref si vous n’y êtes jamais allé, foncez prendre votre billet, et si vous connaissez Gotham City (surnom que les New Yorkais donnent à leur ville) et bien retournez y car la ville est perpétuellement en mouvement (ce qui est d’ailleurs assez frustrant car quand on déniche une bonne adresse, on est pas sur de la retrouver à son prochain passage).

 

Voila le décor est planté, les rideaux sont tirés, on peut attaquer. Un des gros avantages de New York c’est son coté multi-culturel, l’amateur de bonne cuisine que je suis trouve ici de quoi satisfaire sa curiosité et sa faim (ou plutôt dans le sens inverse en fait ça dépend de l’heure qu’il est). Je vais commencer cette première chronique par le Lobster Roll, dans The Dictionary of American Food and Drink de John F. Mariani (la bible de tout amateur de nourriture venant du nouveau monde) on apprend que ce célèbre sandwich fut inventé en 1966 par un certain Fred Terry, propriétaire du restaurant the Lobster Roll Restaurant, quand un de ses clients habituels lui demandât un en cas rapide et simple à manger. La recette est du coup assez simple : de la mayonnaise, du céleri, du homard, le tout placé dans un petit pain brioché chaud. Le sandwich eu tellement de succès qu’il entra dans la légende…

 

mister_fourchette_horizontal_01

 

Vous avez du le remarquer, ce plat typiquement yankee commence à arriver chez nous, je n’ai pas encore eu la chance de tester le Lobster Bar à Paris mais du coup c’est pas plus mal, comme ça je pourrais juger en connaissance de cause.

 

Un des principaux inconvénients des Lobster Roll est son prix relativement élevé (et oui ces sympathiques bestioles sont un peu les Kate Moss de la mer) ; généralement comptez 30$ pour un menu sandwich boisson. C’est là qu’entre en scène le fameux Luke, ce jeune étudiant venu du Maine étudier à New York, qui se lamentait de voir son homard favori aussi loin de son porte monnaie (et oui étudiant rime souvent avec nouilles au fromage ou mac and cheese comme on dit ici). C’est là que l’idée de génie lui apparut, son père étant pêcheur de homard dans le Maine, pourquoi ne pas ouvrir son propre restaurant avec des Lobster Roll à un prix aussi doux que la coquille du gentil crustacé.

 

La suite de l’histoire est une succès story comme les états-unis seuls savent les faire. Devant le succès Luke et son équipe de copains voient leur petite chaîne de restaurants s’agrandir au point de devenir l’une des références du homard ici à New York.

 

Bon et avec tout ça quand est ce qu’on mange me direz-vous (je vous en veux pas c’est normal) ? Alors quand on arrive dans le restaurant on est surpris par la petitesse du lieux. Clairement ici on commande à emporter comme tout bon new yorkais qui se respecte, quelques chaises autours d’un bar et un comptoir, des ustensiles rappelant la mer et le mur rempli des menus avec le nom des meilleurs clients du restaurant, voilà le décor est planté. Je commande le traditionnel Lobster Roll avec un sachet de chips vinaigre et d’un cola maison mexicain, le gérant me précisant bien que même les chips sont fabriquées de façon artisanale, je n’en attendais pas moins d’un lieu connu comme celui-ci.

 

Et la…

Orgasme gustatif !!!!!!! Le sandwich est pas très grand (je vous avoue que le gourmand en moi était un peu déçut au premier abords) mais mon dieu quel gout !!!!! C’est fin et frais à la fois, le homard libère toutes ses saveurs iodés appuyés par les légères notes beurrés de la sauces duquel le petit pain est imbibé, sauce qui d’ailleurs ne suit pas tout à fait la recette originale puisque ce n’est pas de la mayonnaise, à la limite je crois que je préfère comme cela.

 

Le cola mexicain est très sympa aussi faudra que je me renseigne sur l’entreprise qui produit ça, car comparé au Coca habituel que tous le monde connait et bien celui-ci est vraiment sympa.

 

On repart du Luke’s Lobster le ventre plein et le sourire aux lèvres en se disant que finalement au prochain Noël on va peut être pas préparer la traditionnelle bisque de homard mais plutôt la jouer Rock’n’Roll (euh Lobster Roll où-avais je la tête ??).

 

Luke’s Lobster

426 Amsterdam Ave, New York, NY ‎

 

Et vous alors, prêt à franchir le pas et à venir voir Luke et ses amis a pinces ?

 

 

mister_fourchette_horizontal_02mister_fourchette_vertical_01mister_fourchette_horizontal_03